FANDOM


Lecteur (Succès) 2920, vol. 08 - Vifazur
Book07
Titre: 2920, vol. 08 - Vifazur
Titre complet: Vifazur, Livre VIII de 2920, Dernière Année de l'Ère Première
Auteur: Carlovac Villenouet
Précédent:

2920, vol. 07 - Hautzénith

Suivant:

2920, vol. 09 - Âtrefeu

Skyrim
Compétence Furtivité
Poids 1
Valeur 75
FormID 0001B01F
Oblivion
Compétence Discrétion
Poids 1
Valeur 100
FormID 00024547
Morrowind
Compétence Discrétion
Poids 3
Valeur 275
FormID BookSkill_Sneak2
Voir l'article principal : Livres (Online)
Voir l'article principal : Livres (Skyrim)
Voir l'article principal : Livres (Oblivion)
Voir l'article principal : Livres (Morrowind)

2920, vol. 08 - Vifazur est un livre présent dans :

Il appartient à la série de livres 2920, Dernière Année de l'Ère Première composée de 12 volumes.

Effets Modifier

Localisations connues Modifier

Online Modifier

Explorateur (Succès)
Cette page aurait besoin de la localisation d'un élément. Vous pouvez aider à la compléter en cliquant sur l'onglet "modifier" en haut de la page.
  • ...

Skyrim Modifier

Oblivion Modifier

Morrowind Modifier

Tomes Modifier

Tomes précédents Modifier

Tomes suivants Modifier

Voir aussi Modifier

Contenu du livre Modifier

1 vifazur 2920, Longsanglot, Morrowind

Ils étaient rassemblés dans la cour du château du duc à minuit, appréciant la chaleur et les senteurs d'un feu de branchages et de feuilles odorantes. Des étincelles orange montaient des flammes avant de disparaître.

"J'ai manqué de prudence, reconnut le duc. Mais Lorkhan a bien dû rire de moi et la situation est désormais rétablie. La Morag Tong n'assassinera pas l'empereur maintenant puisque sa récompense gît au fond de la mer Intérieure. Je croyais pourtant que vous aviez conclu une trêve avec les princes daedras.

- Votre équipage a cru voir un Daedra, mais peut-être n'en était-ce pas un, lui répondit Sotha Sil. Qui sait si votre navire n'a pas été détruit par un mage-guerrier, ou même par la foudre ?

- En tout cas, le prince et l'empereur sont en route pour Ald Lambasi afin d'en prendre possession, comme prévu par notre accord, intervint Vivec en sortant une carte. C'est bien dans la nature des Cyrodiiliens de considérer que seules leurs concessions sont négociables. Nous pouvons les intercepter ici, au nord-ouest d'Ald Lambasi. Au petit village de Fervinthil.

- Mais allons-nous là-bas pour discuter ou pour reprendre les hostilités ?", demanda Almalexia.

Aucun d'entre eux ne connaissait la réponse.

15 vifazur 2920, Fervinthil, Morrowind

Des rafales de vent automnal traversaient le village, poussant les nuages à assombrir le ciel, que des éclairs venaient zébrer çà et là, sautant de nuage en nuage tels des acrobates. L'eau se déversa en trombes dans les ruelles étroites du village et le bruit était tel que le prince dut crier pour se faire entendre de ses capitaines, pourtant tout proches.

"J'aperçois une auberge droit devant ! Nous y attendrons que le temps se calme avant de repartir pour Ald Lambasi !"

La grande salle était chaude, accueillante, et presque comble. Les serveuses marchaient d'un pas rapide, amenant bière et vin dans une pièce dérobée et échangeant de nombreux commentaires. Leur excitation signifiait vraisemblablement que l'établissement recevait un invité prestigieux, quelqu'un qui attirait davantage l'attention que l'héritier de l'empire de Tamriel, manifestement. Juilek observa leur manège avec amusement jusqu'à entendre murmurer le nom de Vivec.

"Monseigneur Vivec ! fit-il en entrant sans y avoir été invité dans la salle de derrière. Vous devez m'en croire, j'ignorais tout de l'attaque de la Porte noire. Nous allons bien entendu vous la rendre sans attendre. Je vous ai d'ailleurs écrit une lettre à cet effet, que j'ai adressée à Balmora, mais j'imagine qu'étant ici, vous n'avez pu la lire. Il s'interrompit en constatant que Vivec et lui n'étaient pas seuls. Pardon. Permettez-moi de me présenter. Je suis Juilek Cyrodiil.

- Mon nom est Almalexia, répondit la plus belle femme que le prince ait jamais vue. Asseyez-vous.

- Sotha Sil, fit un Dunmer vêtu d'une robe blanche en serrant la main de Juilek et en lui indiquant une chaise.

- Indoril Brindisi Dorom, duc de Longsanglot, dit enfin l'homme musclé à côté duquel il s'assit.

- Je suis conscient du fait que les événements du mois écoulé suggèrent, au mieux, que l'armée impériale échappe à mon contrôle, reprit le prince après avoir commandé un verre de vin. C'est on ne peut plus exact. Elle obéit à mon père.

- J'ai cru comprendre que l'empereur comptait se rendre à Ald Lambasi, lui aussi, fit Almalexia.

- Officiellement, oui. Officieusement, il est resté à la cité impériale. Il a eu un... regrettable accident."

Vivec jeta un rapide coup d'œil au duc avant de reporter toute son attention sur le prince. "Un accident ? répéta-t-il.

- Ne vous inquiétez pas, il va bien, le rassura Juilek. Il survivra, mais il semble qu'il ait perdu un oeil. Cela résulte d'une altercation totalement indépendante de la guerre. Mais la bonne nouvelle c'est que, tant qu'il n'est pas totalement remis, il m'a confié son sceau. Tout accord que nous pourrons conclure sera définitif dans tout l'empire, tant sous son règne que sous le mien.

- Dans ce cas, discutons", l'enjoignit Almalexia en souriant.

16 vifazur 2920, Wroth Naga, Cyrodiil

Le minuscule hameau de Wroth Naga offrait à la vue de Cassyr ses maisons colorées, perchées sur un promontoire. Il surplombait une plaine qui reliait les premiers contreforts des monts de Wrothgarian à la frontière de Haute-Roche. Nul doute qu'il aurait apprécié le panorama s'il avait été de meilleure humeur, mais il ne pouvait songer qu'à une seule chose : un village aussi petit n'aurait sans doute guère de provisions à lui offrir, à lui-même ou à sa monture.

Il se rendit à la place du village, où se dressait une auberge baptisée le Cri de l'aigle. Confiant son cheval au garçon d'écurie, il entra et fut d'emblée surpris par la chaude ambiance régnant à l'intérieur. Un ménestrel qu'il avait entendu à Gilleval jouait un air guilleret, accompagné par des montagnards tapant dans leurs mains. Mais Cassyr n'avait pas envie de se réjouir. Une Dunmer à l'air maussade occupait la table la plus éloignée du ménestrel, aussi s'y assit-il sans la moindre hésitation après avoir pris un verre au bar. Ce n'est qu'à cet instant qu'il remarqua que la femme portait un nouveau-né dans ses bras.

"J'arrive juste de Morrowind, fit-il sans trop savoir ce qu'il disait. Je combattais pour Vivec et le duc de Longsanglot contre l'armée impériale. On pourrait dire que j'ai trahi les miens, en quelque sorte.

- Moi aussi, répondit-elle en lui montrant sur sa main un symbole marqué au fer rouge qu'il ne reconnut pas, et ceci m'interdit de rentrer un jour chez moi.

- Vous n'avez tout de même pas l'intention de rester ici ? répondit Cassyr dans un éclat de rire. L'endroit est pittoresque, d'accord, mais attendez-vous à avoir de la neige jusqu'aux yeux en hiver. Ce n'est pas un endroit pour un bébé. Comment s'appelle-t-elle ?

- Elle s'appelle Bosriel, ça signifie "beauté de la forêt". Et vous, où allez-vous ?

- À Dwynnen, au bord de la baie de Haute-Roche. Vous pouvez venir avec moi, si cela vous tente. Un peu de compagnie ne serait pas pour me déplaire. Cassyr Whitley, se présenta-t-il en lui tendant la main.

- Turala", répondit-elle après une brève hésitation. Elle allait ajouter son nom de famille mais n'en fit rien, se souvenant que ce patronyme n'était plus le sien. "J'aimerais beaucoup vous accompagner."

19 vifazur 2920, Ald Lambasi, Morrowind

Cinq hommes et deux femmes se tenaient dans la grande salle du château, seuls le grattement de la plume sur le papier et le doux crépitement de la pluie contre les carreaux venaient interrompre le silence. Lorsque le prince apposa le sceau de Cyrodiil sur le document, il officialisa la paix. Laissant éclater sa joie, le duc de Longsanglot ordonna que l'on apporte du vin afin de fêter la fin de huit décennies de guerre.

Seul Sotha Sil se tenait à l'écart, ne trahissant pas la moindre émotion. Ceux qui le connaissaient bien savaient qu'il ne croyait ni aux fins ni aux commencements, mais en un cycle perpétuel dont cet événement en apparence notable n'était qu'un instant comme un autre.

L'intendant du château entra soudain, manifestement désolé d'interrompre les réjouissances. "Il y a là un messager venant de la part de votre mère, l'impératrice, mon prince. Il demande à voir votre père mais, comme ce dernier n'est pas là..."

Juilek s'excusa afin d'aller s'entretenir avec le messager.

"L'impératrice ne réside pas dans la cité impériale ? s'étonna Vivec.

- Non, répondit Almalexia en secouant tristement la tête. Son mari l'a fait emprisonner dans le Marais noir de crainte qu'elle ne fomente une révolution contre lui. C'est seulement parce qu'elle est extrêmement riche et qu'elle dispose de puissants alliés qu'il ne l'a pas fait exécuter pour prendre une autre femme. La situation est restée en l'état depuis dix-sept ans ; Juilek était alors un tout jeune enfant."

Le prince revint quelques minutes plus tard. Son expression trahissait son anxiété, bien qu'il fît de son mieux pour ne rien laisser paraître.

"Ma mère a besoin de moi et j'ai bien peur de devoir vous quitter sur l'heure, annonça-t-il sans davantage de précisions. Si je peux emmener avec moi une copie du traité, je le montrerai à l'impératrice afin qu'elle voie ce que nous avons accompli aujourd'hui, puis je l'amènerai à la cité impériale pour qu'il soit rendu officiel."

Juilek s'en alla avec la bénédiction des Trois de Morrowind, qui le regardèrent partir sous la pluie en direction du Marais noir. "Tamriel se portera bien mieux une fois ce jeune homme sur le trône", commenta Vivec.

31 vifazur 2920, Passage de Dorsza, Marais Noir

La lune se levait au-dessus de la carrière abandonnée, enveloppée des gaz que laissait échapper le marais par cette nuit d'été particulièrement chaude, lorsque le prince et ses deux gardes sortirent de la forêt. Une tribu du Marais noir disparue depuis longtemps avait jadis formé ici de hauts monticules de terre et de fumier, dans l'espoir de contenir un ennemi venu du nord. De toute évidence, le rempart n'avait pas suffi, à voir la large brèche qui l'ornait en son centre.

Les arbres noirs et rabougris poussant à flanc de talus projetaient des ombres étranges, comme un filet jeté sur le chemin. Juilek ne cessait de songer à la lettre de sa mère, qui laissait craindre une invasion sans donner plus de précisions. Il n'avait pu en faire part aux Dunmers, car il était bien évidemment nécessaire qu'il en apprenne davantage sur la question et qu'il en discute avec son père. Après tout, c'était à l'empereur que la lettre s'adressait, mais elle semblait si urgente que le prince préféra se rendre à Gidéon sans passer par la cité impériale.

L'impératrice en avait profité pour expliquer qu'une bande d'esclaves affranchis attaquaient les caravanes s'engageant dans le passage de Dorsza. Elle conseillait donc à son époux d'arborer son bouclier le plus visiblement possible, afin que les brigands sachent bien qu'ils ne se trouvaient pas en présence de ces esclavagistes dunmers qu'ils haïssaient tant. Alors qu'il s'enfonçait parmi les hautes herbes qui avaient envahi le passage, le prince ordonna que l'on sortît son bouclier.

"Je comprends pourquoi les esclaves ont choisi cet endroit, fit le capitaine. Difficile de trouver meilleur site pour une embuscade."

Juilek hocha machinalement la tête, mais ses pensées étaient ailleurs. Quelle menace d'invasion l'impératrice avait-elle découverte ? Les Akavirois parcouraient-ils à nouveau les mers ? Mais si tel était le cas, comment sa mère aurait-elle pu l'apprendre du fond de sa cellule ? Un bruissement dans les fourrés et un cri perçant derrière lui vinrent soudain interrompre ses réflexions.

Se retournant brusquement, il constata qu'il était seul. Ses gardes avaient disparu.

Le prince observa les hautes herbes mouvantes, mais l'éclat de la lune était trop faible pour distinguer si leurs ondulations quasi hypnotiques étaient dues à la brise ou à un combat furieux, d'autant que le vent sifflant dans le passage l'empêchait d'entendre quoi que ce soit d'autre.

Faisant taire sa panique grandissante, Juilek dégaina son épée et réfléchit. Il se trouvait plus près de la sortie du passage que de l'entrée et les agresseurs qui avaient éliminé ses gardes devaient se trouver derrière lui. Peut-être parviendrait-il à leur échapper s'il ne perdait pas de temps. Il lança son cheval au galop en direction des collines, droit devant lui, encadrées par deux monticules de terre.

Il fut projeté de sa selle si soudainement qu'il n'en prit conscience qu'après coup. Après quelques roulés boulés, il atterrit à plusieurs mètres de l'endroit où sa monture était tombée, se brisant l'épaule et le dos. La torpeur le gagna lorsqu'il vit son malheureux cheval à l'agonie, la panse déchirée par une rangée de lances dépassant du sol. 

Le prince Juilek n'eut pas le temps de se retourner pour faire face à la silhouette qui jaillit d'entre les herbes, ni même d'ébaucher le moindre geste pour se défendre alors qu'on lui tranchait la gorge sans autre forme de cérémonie.

Miramor poussa un long juron en voyant le visage de sa victime à la clarté de la lune. Il avait aperçu l'empereur de loin lors de la bataille de Bodrum et ce gamin était bien trop jeune pour être Reman. Fouillant le défunt, il trouva une lettre rédigée par l'impératrice et un traité signé par Vivec, Almalexia, Sotha Sil et le duc de Longsanglot pour Morrowind, ainsi que par le prince Juilek Cyrodiil, représentant l'empire.

"Malédiction !", pesta Miramor. "J'ai seulement tué un prince. Et ma récompense, dans tout ça ?"

Il détruisit la lettre, comme Zuuk le lui avait ordonné, et conserva le traité, songeant qu'il pourrait sans doute le monnayer. Défaisant ses pièges, il réfléchit à ce qu'il convenait de faire, désormais. Retourner à Gidéon et essayer d'obtenir une récompense, même moindre, pour avoir tué l'héritier de l'empereur, ou disparaître sans laisser de traces ? Au moins, il constata avec satisfaction que la bataille de Bodrum lui avait enseigné deux choses : poser un piège de lances, une invention des Dunmers, et ramper dans l'herbe sans se faire remarquer, ce qu'il avait appris en désertant des rangs de l'armée impériale.

L'année se poursuit dans le livre IX, Atrefeu.

Apparitions Modifier

2920, Dernière Année de l'Ère Première
2920, vol. 07 - Hautzénith 2920, vol. 08 - Vifazur 2920, vol. 09 - Âtrefeu
Bethsoftblack
Ce livre ou cette image est issu de la série de jeux vidéo The Elder Scrolls ou de sites web crées et détenus par Bethesda Softworks. Son contenu est donc détenu par Bethesda Softworks. L'usage des images et du contenu tombe sous le coup de la règle du fair use de la loi sur le copyright.


La GBT
Cette page contient pour partie du contenu trouvé sur la Grande Bibliothèque de Tamriel. Tout crédit leur revient donc pour les éléments empruntés à leur travail.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard