Fandom

Wiki The Elder Scrolls V: Skyrim

Bestiaire d'Herbane: automates

2 805pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Share

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Lecteur (Succès).png Bestiaire d'Herbane: automates
Livrecuirsombre.png
Titre: Bestiaire d'Herbane: automates
Titre complet: Bestiaire d'Herbane: automates
Auteur: Herbane
Précédent:

Bestiaire d'Herbane: spectres de glace

Suivant:

Bestiaire d'Herbane: harfreuses

Skyrim
Poids 1
Valeur 14
FormID 000ED60C

Bestiaire d'Herbane : automates, est un livre présent dans :

Il appartient à la série de livres Bestiaire d'Herbane composée de 3 volumes.

Contenu du livre Modifier

Automates nains

Par Herbane

9 d'âtrefeu Modifier

Les Nains ont disparu depuis bien des âges, et c'est sûrement mieux ainsi ; voir des hommes et des femmes de la taille d'un enfant, tous portant la barbe, serait des plus dérangeants. Néanmoins, pour voir leur civilisation toute entière disparaître, les Nains ont dû s'attirer la colère des dieux, et quoi qu'ils aient pu faire pour le mériter, c'est assurément une chose dont j'aurais aimé être témoin.

Les vestiges de leur existence dorment dans les entrailles des montagnes, et maints érudits et voleurs du monde entier se sont jetés sur les restes squelettiques des cités naines comme des vautours pour y ronger les os du passé, pour s'emparer d'un savoir ancestral et de trésors qui ne demandent qu'à être exhumés. Mais ces couloirs damnés sont jonchés de leurs cadavres, car les ruines des Nains n'abandonnent pas leurs merveilles sans combattre.

Alors que je n'étais encore qu'un enfant, les miens aimaient raconter comment les Nains étaient passés maîtres dans l'art de construire des machines. Ils disaient qu'avant notre temps, les Nains puisaient leur force au coeur de la terre et, par le marteau et le feu, façonnaient le fer et le bronze avec une telle science mécanique qu'ils insufflaient la vie à ces constructions de métal et de magie, aujourd'hui si antiques. Dans les sombres chambres et couloirs, qu'ils font résonner pour l'éternité de leurs rouages grinçants et de leurs jets de vapeur, ils attendent les profanateurs des sanctuaires nains pour les détruire, funestes gardiens de la dépouille d'une civilisation depuis longtemps éteinte.

J'ai moi-même plongé dans les ténèbres humides de Mzulft. Le sifflement ténu de la vapeur, un craquement métallique ou le grincement de rouages antiques troublant parfois le silence assourdissant d'une cité vide : il y a là de quoi décourager plus d'un homme valeureux. Dans la pénombre, j'entendais des choses se précipiter hors de vue alors que j'enjambais les corps de pilleurs ou d'érudits qui n'avaient pas été bien loin ; je savais fort bien que ce n'était pas des rats qui habitaient ce désert.

De petites araignées mécaniques se sont alors jetées sur moi en un éclair, des sphères sorties des murs se sont ouvertes pour devenir des machines roulant sur des rouages, des arbalètes en guise de bras. Je n'ai pas pu m'empêcher de m'émerveiller devant ces automates fabriqués dans un but simple et unique : le meurtre de l'homme. Armé de mon épée, de mon bouclier et de ma détermination, de tels adversaires ne m'inquiétaient en rien, car j'avais entendu dire que de plus terribles ennemis rôdaient sous la pierre. Et en effet, une toute autre créature, artificielle elle aussi, s'éveillait au coeur d'une chambre toute proche. Elle approchait, ses pieds frappant le sol comme si elle marchait sur d'énormes pistons, et bientôt elle a émergé de l'obscurité, m'apparaissant en totalité pour la première fois ; elle avait une hache en lieu et place de la main droite, un marteau pour la gauche, était grande comme cinq hommes et faite entièrement de bronze, son visage sculpté à l'image de ses maîtres oubliés. Un centurion à vapeur. Les histoires étaient vraies, j'avais devant moi l'un des gardiens des plus précieux trésors des Nains.

Le combat commença, et s'il fallait encore le vérifier, je peux affirmer que les Nains ne sont plus de ce monde car le fracas de la bataille aurait même réveillé les morts. L'automate m'attaqua avec hache et marteau, une force inhumaine et une grande résistance, et aucun autre but que le meurtre. J'esquivais alors qu'il frappait vainement la pierre autour de moi, et je plongeais sur lui lame en avant, profitant de la moindre ouverture alors que les murs tremblaient sous la violence de l'affrontement. Je ne serai pas vaincu par une machine, je le refuse.

Là où l'homme ordinaire serait mort depuis longtemps, je me tenais au-dessus de la dépouille de l'automate, d'où une ultime gerbe de vapeur s'échappa en manière de dernier souffle. J'aurais pu m'emparer des artefacts nains et du métal, mais je le laissai à d'autres, car je n'avais pas l'intention de m'alourdir des possessions des morts, ce qui est peut-être l'erreur de plus d'un explorateur.

Mon voyage doit continuer, d'une terre à l'autre ; peut-être qu'un jour Herbane rencontrera adversaire à sa hauteur, car jusqu'à aujourd'hui, encore rien ni personne ne m'a fait trembler.

Bethsoftblack.JPG
Ce livre ou cette image est issu de la série de jeux vidéo The Elder Scrolls ou de sites web crées et détenus par Bethesda Softworks. Son contenu est donc détenu par Bethesda Softworks. L'usage des images et du contenu tombe sous le coup de la règle du fair use de la loi sur le copyright.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard