FANDOM


Lecteur (Succès) Le Mystère de la Princesse Talara, deuxième partie
Livresoin
Titre: Le Mystère de la princesse Talara
Titre complet: Le Mystère de la princesse Talara, deuxième partie
Auteur: Mera Llykith
Précédent:

Le mystère de la princesse Talara, première partie

Suivant:

Le mystère de la princesse Talara, troisième partie

Skyrim
Compétence Guérison
Poids 1
Valeur 55
FormID 0001B018
Oblivion
Compétence Guérison
Poids 1
Valeur 50
FormID 00024540
Morrowind
Compétence Guérison
Poids 3
Valeur 250
FormID BookSkill_Restoration5

Le mystère de la princesse Talara, deuxième partie est un livre présent dans :

Localisations connues Modifier

Explorateur (Succès)
Cette page aurait besoin de la localisation d'un élément. Vous pouvez aider à la compléter en cliquant sur l'onglet "modifier" en haut de la page.

Skyrim Modifier

  • Ragnvald, au Nord-Est de Markarth, dans la partie Crypte, sur la commode derrière le coffre au fond de l’avant-dernière salle, avant la dernière salle gardée par Saerek le Gardien qui contient un des deux crânes ouvrant le sarcophage

Oblivion Modifier

  • ...

Morrowind Modifier

  • ...

Contenu du livre Modifier

Elle ne sentit rien... les ténèbres enveloppaient son corps et son esprit. Une douleur lui parcourut la jambe puis une grande sensation de froid. Elle ouvrit les yeux et se rendit compte qu'elle était en train de se noyer.

Sa jambe gauche ne voulait pas bouger mais, grâce à celle de droite et à ses bras, elle parvint à se diriger vers les lunes qui brillaient au-dessus de sa tête. Il fallut lutter contre les courants qui gênaient sa remontée mais elle parvint à atteindre la surface et à emplir ses poumons de l'air frais de la nuit. Elle était encore très proche de la falaise de la capitale du royaume de Camlorn mais les courants l'avaient entraînée assez loin de l'endroit où elle était tombée du Rocher de Cavilstyr.

Pas tombée, se reprit-elle. Elle avait été poussée.

Elle se laissa dériver le long de la paroi rocheuse qui devenait de moins en moins abrupte jusqu'à ce que son faîte soit proche de l'eau. Devant elle, elle aperçut les contours d'une grande demeure et, en s'en approchant, elle put voir de la fumée s'élever de la cheminée. Elle avait très mal à la jambe mais le froid de l'eau était encore plus pénible. La seule pensée d'un feu bien chaud était suffisante pour la pousser à se remettre à nager.

Lorsqu'elle atteignit la rive, elle essaya de se lever mais ne put y parvenir. Ses larmes se mêlaient à l'eau de mer et elle se mit à ramper sur les rochers et sur le sable. La simple tunique blanche qui avait été son costume pour le Festival des Fleurs était souillée et semblait un fardeau de plomb sur son dos. Quand elle fut totalement épuisée, elle s'effondra et se mit à pleurer.

" Par pitié ! gémit-elle. Si jamais vous m'entendez, aidez-moi par pitié ! "

Quelques instants plus tard, la porte de la maison s'ouvrit et une femme en sortit. Il s'agissait de Ramke, la vieille femme qu'elle avait rencontrée au Festival des Fleurs. Celle qui s'était écriée en la voyant " C'est elle ! " avant même qu'elle ne sache qui elle était. Quand la vieille femme s'approcha d'elle, cette fois-ci, il n'y eut aucune lueur de reconnaissance dans ses yeux.

" Par Séthieten !!! Etes-vous blessée ? murmura Ramke. Elle l'aida à se relever et la soutint. J'ai déjà vu cette robe auparavant. Êtes-vous une des danseuses du Festival des Fleurs ? J'y étais avec dame Jyllia Raze, la fille du roi.

- Je sais, elle nous a présentées, gémit-elle. Je vous avais dit que je m'appelais Gyna de Daguefilante.

- Oui, bien sûr, je savais que vous me sembliez familière, gloussa la vieille dame. Elle lui fit traverser la plage et la conduisit jusque chez elle. Ma mémoire n'est plus ce qu'elle était. Allez vous réchauffer et jetons un coup d’œil à cette jambe. "

Ramke retira les haillons de Gyna et la couvrit d'une couverture après l'avoir installée près du feu. Alors qu'elle commençait à se réchauffer, elle sentit l'horrible douleur de sa jambe. Jusqu'à maintenant, elle n'avait pas osé la regarder. Quand elle le fit, elle se sentit nauséeuse en voyant la profonde plaie, sa chair blanche boursouflée et enflée. Du sang giclait de la blessure et tombait en cascade sur le sol de la demeure.

" Ho ! Ma pauvre, dit la vieille femme en revenant près du feu. Cela doit faire mal. Vous avez de la chance que je me rappelle encore quelques sorts de soins. "

Ramke s'assit par terre et serra entre ses mains la plaie béante. Gyna sentit une vive douleur puis un pincement et des picotements. Quand elle regarda de nouveau, Ramke faisait lentement glisser ses mains l'une vers l'autre. Pendant qu'elles se rapprochaient, sa blessure se refermait sous ses yeux.

" Tendre Kynareth, bredouilla Gyna. Vous m'avez sauvé la vie.

- Non seulement ça, mais en plus vous n'aurez aucune cicatrice sur votre adorable petite jambe, s'esclaffa Ramke. J'ai tellement dû utiliser ce sort quand dame Jyllia était petite ! Vous savez, j'étais sa nourrice.

- Je sais, dit Gyna en souriant. Mais c'était il y a bien longtemps et vous vous souvenez encore du sort.

- Ho ! Quand on vous enseigne quelque chose, même à l'école de la Guérison, il y a beaucoup à étudier et vous faites de nombreuses erreurs mais, quand vous devenez aussi vieille que moi, on n'a plus besoin de se souvenir des choses. Vous les savez, tout simplement. Après tout, j'ai dû m'en servir un bon millier de fois puisque la petite dame Jyllia et la petite princesse Talara ne cessaient de se blesser. Ce n'est pas étonnant : elles n'arrêtaient pas d'escalader tout ce qu'elles trouvaient au palais. "

Gyna soupira : " Vous avez dû beaucoup aimer dame Jyllia.

- Je l'aime encore, corrigea Ramke. Mais maintenant qu'elle est adulte, les choses sont différentes. Vous savez, je ne l'avais pas remarqué jusqu'à ce que je vous voie toute mouillée sur la plage, mais vous lui ressemblez beaucoup. Vous l'ai-je déjà dit au festival ?

- Oui, répondit Gyna. Ou il me semble plutôt que vous avez dit que je ressemblais à la princesse Talara.

- Ho ! Ce serait tellement merveilleux si vous étiez la princesse, bredouilla la vieille femme. Vous savez, quand l'ancienne famille royale a été assassinée et que tout le monde a dit que la princesse avait été tuée, bien que nous n'ayons jamais retrouvé son corps, j'ai cru que la seule vraie victime était dame Jyllia. Son petit coeur fut brisé et, pendant un temps, on crut qu'elle avait perdu la raison.

- Que voulez-vous dire ? demanda Gyna. Que s'est-il donc passé ?

- Je ne sais pas si je devrais dire ça à une étrangère mais c'est assez connu à Camlorn et j'ai vraiment l'impression de vous connaître. Ramke lutta avec sa conscience puis continua. Jyllia a été témoin de l'assassinat, voyez-vous. Je l'ai trouvée peu après, elle se cachait dans la salle du trône, couverte de sang, et elle ressemblait à une poupée désarticulée. Elle refusait de parler et de manger. J'essayai mes sorts de soin mais cela dépassait mes facultés. C'était bien plus qu'un genou éraflé. Son père, qui était alors le Duc Oloïne, l'envoya dans une maison de santé pour qu'elle se remette.

- La pauvre petite fille, dit Gyna en pleurant.

- Il fallut des années pour qu'elle s'en remette, reprit Ramke en hochant de la tête. Et, en vérité, elle n'est jamais vraiment redevenue elle-même. Vous vous demandez sans doute pourquoi son père ne l'a pas désignée comme son héritière quand il est devenu roi ? Il pensait qu'elle n'allait pas très bien et, je dois avouer, bien que j'aimerais dire le contraire, qu'il n'a pas tout à fait tort. Elle ne se souvenait de rien, de rien du tout.

- Pensez-vous..., Gyna pesa ses mots avec prudence, ...qu'elle irait mieux si elle pensait que sa cousine, la princesse Talara, était encore vivante et qu'elle se portait bien ? "

Ramke réfléchit. " Je le crois. Mais peut-être que non. Parfois il vaut mieux ne rien espérer. "

Gyna se leva et se rendit compte que sa jambe était aussi robuste qu'elle semblait l'être. Sa robe avait séché et Ramke lui donna un manteau en insistant pour qu'elle se protège du froid. Sur le pas de la porte, Gyna embrassa la vieille femme sur la joue et la remercia. Non seulement pour ses soins et le manteau mais également pour toute sa générosité.

La route près de la maison allait vers le nord et vers le sud. A gauche, elle menait à Camlorn où gisaient des secrets dont elle était la seule à détenir la clef. Au sud, se trouvait Daguefilante, son foyer depuis près de vingt ans. Elle pouvait rentrer là-bas, reprendre son métier. C'était facile. Pendant quelques secondes, elle réfléchit puis elle prit sa décision.

Elle ne marchait pas depuis très longtemps quand un attelage noir tiré par trois chevaux et portant le sceau impérial passa à côté d'elle. L'attelage était escorté par huit cavaliers. Avant qu'il ne disparaisse au détour de la route, il s'arrêta. Elle reconnut un des soldats comme étant Gnorbooth, le valet de pied du seigneur Strale. Une portière s'ouvrit et le seigneur Strale en personne, l'ambassadeur de l'empereur, celui qui les avait engagées, elle et les autres femmes, pour divertir la cour, en descendit.

" Vous ! gronda-t-il. Vous êtes l'une des courtisanes, n'est-ce pas ? Vous êtes celle qui a disparu pendant le Festival des Fleurs ? Gyna, si je ne m'abuse ?

- C'est tout à fait vrai, sourit-elle. Sauf que j'ai découvert que je ne m'appelais pas Gyna.

- Je n'en ai cure, répondit le seigneur Strale. Que faites-vous sur la route du sud ? Je vous ai payée pour rester là-bas et divertir le royaume.

- Si je retourne à Camlorn, il y en a beaucoup que cela ne va pas divertir du tout.

- Expliquez-vous ", répondit le Seigneur Strale.

Elle s'exécuta et il l'écouta avec attention.

Tomes Modifier

Tome précédent Modifier

Tomes suivants Modifier

Apparitions Modifier

Bethsoftblack
Ce livre ou cette image est issu de la série de jeux vidéo The Elder Scrolls ou de sites web crées et détenus par Bethesda Softworks. Son contenu est donc détenu par Bethesda Softworks. L'usage des images et du contenu tombe sous le coup de la règle du fair use de la loi sur le copyright.


La GBT
Cette page contient pour partie du contenu trouvé sur la Grande Bibliothèque de Tamriel. Tout crédit leur revient donc pour les éléments empruntés à leur travail.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard