Fandom

Wiki The Elder Scrolls V: Skyrim

Le Roi Edward, Partie XI

2 874pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Lecteur (Succès).png Le Roi Edward, Partie XI
LivreDaggerfall.png
Titre: Le Roi Edward, 11e Partie
Titre complet: Le Roi Edward, 11e Partie
Auteur: Anonyme
Précédent:

Le Roi Edward, Partie X

Suivant:

Le Roi Edward, Partie XII

Daggerfall
Poids 2
Valeur

Le Roi Edward, Partie XI est un livre trouvable dans :

Il appartient à une série de douze volumes.

Contenu du livre Modifier

Les compagnons passèrent la nuit à la rudimentaire mais confortable auberge du petit village nommé Printemps du corbeau, localisé sur les contreforts des Montagnes de Wrothgar. Le matin suivant, ils reprirent leur trajet vers l’est, se déplaçant au travers des collines des frontières de Bordeciel et de Martelfell, et campant les deux nuits suivantes sous un ciel clair du début de l’été. Lorsqu’ils reprirent leur voyage le troisième matin, Moraelyn dit à tous de surveiller la pente au nord de la route pour une entaille ouvrant vers une grande prairie qui faisait face au Sud Ouest. Peu de temps après, tous purent voir de manière quasi simultanée lorsque le groupe termina un virage autour d’un affleurement rocailleux.

Silk et Beech étaient devant pour reconnaitre une bonne route, et pour chercher un endroit pour camper pendant la nuit qui arrivait. Au crépuscule, ils avaient parcouru une grande partie de la prairie, mais faisaient toujours face à quelques montées le matin suivant. Ils furent d’accord qu’il était temps de camper encore, et heureusement un pique nique à l’heure du déjeuner semblait probable pour le jour suivant.

En milieu de journée le jour suivant, qui était Loredas, le 5 de Mi-l'An, les compagnons arrivèrent sur une pente herbeuse près du village du Dragon, ayant été rejoints par Akatosh et un autre Dragon. Ce deuxième dragon était plus petit qu’Akatosh, et semblait être de sexe féminin, bien que ressemblant, Akatosh présenta le Dragon comme Debudjen sans plus d’explications sur sa présence. Les deux Dragons discutèrent poliment avec les humanoïdes alors qu’ils appréciaient leur repas, alors que Debudjen s’envolait aussitôt, déclinant des cercles gracieux au dessus d’eux, et piquait vers le bas sur un jeune bœuf castré au loin dans le champ herbeux.

Akatosh regarda la réaction d’Edward et demanda : "Pourquoi as-tu hésité, Edward ? Debudjen n’a pas mange récemment, et ne s’est pas vraiment comporté d’une manière différente à la tienne.”

Edward répondit avec un petit sourire, “Je ne pense pas que notre repas soit d’une nature si violente.”

Akatosh lui retourna le sourire, mais répondit alors. “Une bonne remarque alors, elles sont plus similaires que les mêmes.”

Edward marqua une pause, jetant un œil vers le soleil du milieu de l’après-midi, puis se tourna vers le Dragon Doré : “Akatosh, Pourquoi avoir choisit ce lieu comme votre village ? ”

"Et bien, il est suffisamment haut placé dans les montagnes pour nous aller, mais suffisamment plat pour bâtir le château avec des arbres pour les cerfs et est défendable pour nous tous. Il y a suffisamment d’espace pour que les humains bâtissent leurs ranchs et fermes, et les elfes sont satisfaits dans les arbres denses le long des bords de la falaise. Les passages dans les figures des falaises nous entourant nous fournissent l’accès à nos repères, qui ont été localisés dans le système de tunnel des mines. Somme toute, un site idéal pour une telle expérience impliquant les différentes races d’êtres. Il s’ouvre aussi vers le Sud Ouest, offrant une chaleur raisonnable pour les plus petits êtres, grâce à une protection contre les éléments lors des mois les plus froids."

Edward répondit, "Il m’est difficile de voir la notion d’un village avec si peu de concentration de bâtiments en son centre, mais peut-être ils seront développé dans le futur ; au moins, quelques bâtiments pour les rencontres et la vie sociale. Et, je suppose qu’il doit y avoir de jolis crépuscules à voir."

Le Dragon sourit de nouveau, et répondit "Plutôt oui, mais je suis bien le seul du règne Dragon à porter un intérêt pour cela, et ce n’était pas une considération légitime lorsque ce site fut choisi." Puis avec mélancolie : "Je regrette de ne pouvoir rassembler les mots pour décrire certains d’entre eux. J’ai bien essayé plusieurs fois, mais le résultat n’étaient disons pas ...très admirable." Plus rapidement : "Et à propos, nous avons vraiment l’intention de bâtir un lieu pour permettre aux humanoïdes de se retrouver, ainsi qu’une boutique pour troquer et autres échanges de marchandises."

Moraelyn s’était promené puis s’assit, et demanda, avec une absence notable de l'habituel respect des humanoïdes envers les Dragons, "Qu'est-ce qui vous a poussé à tenter une si folle expérience, Akatosh ?"

Le Dragon fit une pause d’un air pensif, puis répondit "Comme l’est ma coutume d’analyser, dans ce cas quelqu’un pourrait raconteur l’histoire du comportement des dragons. Clairement, notre longue lutte de résistance contre ces nouveaux Dieux Aureliens était futile, mais il fallut plusieurs générations pour que nous le réalisions et l’acceptions. Alors, notre dessin suivant était de nous isoler, même l’un de l’autre, et résister à l’intrusion de tous les êtres. Avec l’exception évidemment de nous accoupler et procréer notre race. Pourtant, à part cette unique activité, nous avons lutté contre tout pour notre précieuse liberté, et vraiment pour aucune bonne raison exceptée d’être une race particulièrement entêtée. "

Edward dit, "Alors vous avez maintenu une ligne de conduite longtemps après que sa raison soit partie ?"

Akatosh regarda l’air embarrassé. Il dit avec froideur, "Je pensais que c’était ce que je venais de dire. Nous ne sommes pas la seule race douée de sensations pour en devenir la proie."

Edward dit, "L’archimage m’a dit qu’une telle conduite était innée."

Moraelyn lui souri, "Et les lignes de conduites innées sont particulièrement un problème pour les espèces à longue durée de vie qui changent lentement comparativement aux changements de conditions. Nous les elfes souffrons de cela encore plus que les humains aux courtes vies, et c’est pour cela que nous aimons conserver les choses telles qu’elles sont, bien que la vie ait changée et y résister est vain. Les Dragons vivent longtemps, bien plus longtemps encore que les Elfes, et, en conséquences, se reproduisent encore plus lentement. Du coup, qui peut dire quels changements nés dans un cadre social pourrait produire, de manière bénéfique ou maléfique, dans la conduite des Dragons."

Aliera se joint cette fois-ci à la conversation et observa : "Les Daedra ont dû être satisfaits de la conduite des Dragons."

Akatosh répondit, "Peut-être en est-il ainsi, mais j’ai approché notre reine avec cette suggestion plus parce qu’il me semblait clair que nous devenions une race tombée dans une stase, et nous devions casser cette coquille de manière à nous fortifier. Elle n’était pas tout a fait d’accord avec moi, mais peut-être du fait de ma réputation, elle me dit de continuer ainsi et de faire cet essai."

A ce moment là, tous les compagnons étaient assis à distance d’écoute, et Mats demanda : "Deviez-vous recevoir la permission de votre reine ? Et y-a-il eu des difficultés parmi les nombreuses races ? "

"La permission n’était pas précise dans ce cas, Mats ; étant les êtres que nous sommes, c’était plus que je me sentais obligé de lui en parler de manière à ce qu’elle ait l’information. Par exemple, d’autres Dragons viennent régulièrement me voir avec des renseignements militaires, suivant la même philosophie de préparation. "

Mats souri et dit, "Vous voulez dire 'juste au cas où', c’est ça ? Mais qu’en est-il pour les Elfes et les Humains ?"

"Ah, nos seigneurs et dames humanoïdes font des exemples remarquables de tolérance et de respect des différentes formes et coutumes. J’ai une dette de gratitude envers Moraelyn pour le prêt de ses forgerons et mineurs, qui ont été très généreux en partageant leurs connaissances et talents avec les Brétons c’est pour cela que mon jeune ami Edward et moi l’avons, ah, persuadé d’essayer de bâtir ce camp ici. Par mon expérience, les Brétons, en fait, beaucoup de Brétons, feront presque tout aussi longtemps que ça leur est profitable et qu’ils en tirent des talents et de la connaissance. Les Nordiques désireux d’un honneur ou d’une gloire individuelle font des armes et armures de Mithril qui sont extrêmement bénéfiques – Le génie absolu de t'was qui a inspiré Aliera à insister à vendre seulement aux nobles pendant que les mineurs ouvraient de nouveaux tunnels et fournissaient l’accès à – ce que nous les dragons demandions. " Akatosh souri avec un peu de malice. Il était très réservé sur le sujet de ce qu’exactement voulaient les Dragons. "Beech et Willow ont fait savoir parmi les leurs que les Elfes des Bois étaient les bienvenues ici, donc ceux à qui les anciennes maisons manquaient sont revenues dans ces collines."

"Heureusement pour moi que je suis Duc maintenant, et donc autorisé à porter du Mithril. Si seulement je pouvais m’offrir plus qu’une pièce ou deux ! Mais pour ce prix je dois prendre ma retraite." Dit Mats.

"Si vous prenez votre retraite, vous ne pourrez plus demander le Mithril" Fit remarquer Moraelyn.

"Et qu’en est-il de mon fils et de ma fille ? Pensez-vous que j’ai à mendier pour eux ?" Dit Mats d’un air indigné. "Mes genoux et mon souffle ne sont plus ce qu’ils étaient, je dois le confesser. J’avoue je suis parfois tenté de rester ici en haut, maintenant que je suis ici, bien que je sois encore capable de balancer ma hache avec quiconque !"

Mith souri d’un air ravi, "Les nordiques ne savent pas compter. C’est pour cela qu’ils recherchent l’honneur et la Gloire, pas le profit. L’honneur et la Gloire ne sont pas soumis à un comptage passé que l’on peut compter sur ses doigts. Mats, si vous n’aviez pas 39 ans, vous seriez le plus grand humanoïde de 10 ans que je n’ai jamais rencontré ou eu envie de rencontrer !"

"Mais alors quels avantages ont ceux qui ne creusent pas ni ne forgent ?" Insista Mats, ignorant son vieil ami. "Je pense que beaucoup seraient terrifiés de vivre si près d’êtres si … formidables" Mats prononça sa dernière sentence avec un sourire sournois.

"D’un autre côté, la présence de ces 'êtres formidables' signifie qu’ils sont certainement bien protégés. Et cette zone est d’une manière surprenante fertile, ainsi les récoltes semblent pousser correctement, et bien qu’ils nous fournissent de la viande, nous leur allouons un cinquième de leur troupeau pour leur consommation personnelle. Nous avons aussi confirmé ce que j’avais depuis longtemps supposé – les trois races, lorsque combinées, se battent avec plus d’efficacité que leur somme mises séparément – c’est-à-dire que chaque race couvre ou annule des faiblesses des autres. Au moins c’est vrai au point que la population locale de gobelins a été réduite de manière drastique dans une période de temps très réduite. "

"Oui," Répondit Edward, "Moraelyn le prouva ainsi dans Morrowind."

"Avec un peu d’aide de ses amis," Reconnu Moraelyn. "J’en récolte les louanges, mais en vérité je suis à peine plus que le drapeau qu’ils agitent – et dans certains cas je me sens plus comme la cible qu’ils montrent !"

Une vague de rire accueillit cette remarque. Edward insista, "Avec vous et les autres ici bas, Akatosh, j’estime que mes frontières sont biens gardées, Bordeciel ne devrait jamais avoir le besoin de déplacer ses frontières encore vers l’ouest."

Aliera demanda : "Cela fut-il facile de convaincre les autres dragons de venir ici ? "

"Vraiment, la partie la plus difficile fut de déplacer nos trésors vers nos nouveaux repaires " Répondit Akatosh avec un rire nonchalant, "Bien que dès qu’il fut su que nous n’avions pas d’utilité pour les métaux, les pierres précieuses et la bijouterie que nous accumulions, tout se passa de manière plus douce." Mais alors plus sérieusement : "Essentiellement, j’ai du approcher chaque Dragon personnellement, et ai du les convaincre que cette idée avait du mérite. De même, une fois que j’avais persuadé un couple de nos spécimens particulièrement indépendants, les choses se passèrent de manière plus douce. Cependant, seul neuf d’entre nous vivent dans cette zone et il n’y a de la place que pour 2 ou 3 d’entre nous. Nous devrons voir ce qui se développera après."

Aliera observa : "Je pense que désormais les Dieux et Déesses ont dus regarder effectivement de manière très favorable la conduite des Dragons."

"Cela aurait été, Aliera, mais une fois encore ce ne fut pas vraiment ce qui fut fait. En plus, ils se souviennent et ressentent toujours notre longue opposition envers eux."

Beech demanda avec déférence "Mais quel est le nom de ce village ?"

Akatosh soupira, et répondit alors "Je crains que nous ne prenions jamais de décision, car chaque race a des opinions décidées à cet égard. Peut-être une fois que la phase initiale de construction sera complète, nous seront aptes à être plus méditatif sur ce propos. "

Beech répondit "Cela ne semble pas juste; chaque endroit devrait avoir un nom, n’est-il pas ? "

Willow gloussa puis dit : "Peut-être en est-il ainsi pour nous, mais qui sait ce qu’en pensent les dragons ; Et je suis certain que les humains et les elfes se disputeront le style du nom, en plus de ses spécificités."

Moraelyn interrompit avec un grand drame, "Vous n’avez certainement pas l’intention de dire qu’un elfe puisse être trop entêté ! ?" Et la discussion se termina dans une série de rires et de taquineries parmi le groupe.

A présent, Dit Akatosh "Je favorise le nom de 'Section 22.'"

Beech le regarda fixement, "Akatosh, Je vois les difficultés dont vous vouliez parler à propos de la poésie. Acceptez-vous que je vous fasse part de mon opinion sincère ? C’est le nom de village le pire qui m’est été d’entendre."

Akatosh soupira impétueusement, puis pardonna la hâte de Beech – les humains trouvèrent les soupirs du Dragon désagréables et parfois hasardeux. "Alors vous voyez ce que je veux dire par différences. Pour moi, c’est très expressif et le plus approprié. Est-ce que 'Section 16' est un meilleur nom ? Non ? Alors est-ce le mot 'Section' qui vous offense ? En quel sens est-il inférieur à 'Donjon' ou 'Royaume' ou 'Vallée' ou 'Emprise' ?"

Edward dit, "Mais Akatosh, un nom doit avoir un sens. Au moins les humains pensent de la sorte. Vous devriez avoir 21 autres sections avant si vous voulez nommer celle-ci la numéro 22."

"Vraiment ?" Dit Akatosh, "Pourquoi est-ce ainsi ? Tous les nombres ne sont-ils pas tout aussi valides ? Ils servent bien à discerner une place d’une autre. Il pourrait y avoir beaucoup de 'Vallées Vertes' par exemple. Je connais personnellement 4 villages portant ce nom. Le nombre 'Vingt-deux' me parait ... esthétiquement, posséder autant de 'sens' – En tout cas pour moi." A-t-il souri secrètement.

Moraelyn dit, "Je pense que le Seigneur Akatosh apprécie ce que certains appellent une 'plaisanterie'. Étais-je si irréfléchi pour enseigner des manières à un dragon."

"Qui," Dit Silk, "Accuserait jamais Moraelyn d’être irréfléchi ?"

Un peu plus tard, Edward demanda à Akatosh : "Pensez-vous que nous pourrions jouer une partie ou deux de bataille ? J’ai apporté la plaque et les pièces du jeu avec moi."

Moraelyn interrompit "Je crains qu’Akatosh et moi devions discuter quelques questions ce soir – et vous perdriez encore de tout façon" ajouta-il avec un sourire affectueux.

Edward répondit "Mais je peux battre quiconque d’autre. Akatosh, pourrais-je gagner une partie contre vous ?"

"Non, Edward, vous ne le pouvez", et Akatosh fut légèrement stupéfié par l’expression de surprise d’Edward, et ensuite le rire cordial qui l’a suivi.

"Ce n’est pas très diplomatique de votre part, Akatosh. Mais pourquoi je ne gagnerais jamais ?"

"Parce que j’y joue depuis bien plus longtemps que vous Edward, et aussi longtemps que je continue de jouer, vous ne serez pas capable de me battre. En plus, ce jeu est ce que je considère comme un 'problème limité', et cette sorte est plus facilement traitée."

"Qu’entendez-vous par 'Un problème limité', Akatosh ?" demanda Mats.

"C’est un problème qui n’offre qu’un faible nombre comptable d’actions possibles et de résultats, Mats. Il n’y a que 81 cases sur la plaque, et chaque côté dispose d’exactement 27 pièces de jeu, chacun se déplaçant d’une manière spécifique, et ainsi de suite."

"Mais la partie est comme une vrai bataille, n’est-ce pas ?" demanda Ssa'ass.

"Non, C’est une bonne pratique pour apprendre, ou pour penser comment exécuter une bataille – Mais mes Archers Elfiques ne se sentent pas fatigués ou démoralisés, et mes Maitres magiciens font toujours ce que je veux qu’ils fassent. De telles choses arrivent rarement dans de vrais batailles."

Moraelyn fit un signe de tête pour acquiescer, et demanda avec une ruse fausse “Alors quel exemple serait pour un problème sans bornes ?"

"Certainement une vrai bataille … Mais aussi, pour moi un poème est un vrai problème sans bornes. "

"Mais chaque poème peut être analysé, Akatosh" Dit Aliera de manière chétive.

"Bien sur – mais seulement après qu’il soit écrit. Je suis incapable de définir, ou attacher l’acte d’écriture bien que … ce soit l’acte de l’écrire. Si je commence à écrire un poème …il y a tant de possibilités" et ensuite d’un air narquois "Je n’arrive jamais au-delà de la première ligne, car je commence à imaginer toutes les choses que je pourrais mettre au début et … "

Localisations connues Modifier

Généré aléatoirement

Crédits Modifier

Bethsoftblack.JPG
Ce livre ou cette image est issu de la série de jeux vidéo The Elder Scrolls ou de sites web crées et détenus par Bethesda Softworks. Son contenu est donc détenu par Bethesda Softworks. L'usage des images et du contenu tombe sous le coup de la règle du fair use de la loi sur le copyright.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard