FANDOM


Lecteur (Succès) Les délires de Fenroy
Livre02
Titre: Les délires de Fenroy
Titre complet: Les délires de Fenroy
Auteur: Fenroy
Shivering Isles
Poids 1
Valeur 6
FormID XX081F8D

Article principal: Livres (Shivering Isles)

Les délires de Fenroy est un livre présent dans The Elder Scrolls IV: Shivering Isles.

Localisation Modifier

Contenu du livre Modifier

[Les fragments qui suivent ont été rassemblés dans la cellule de l'auteur, peu de temps avant sa mort prématurée de sa propre main. Ceux-ci ayant été écrits principalement sur les draps et la pierre nue du sol avec ses propres fluides corporels pour toute encre, certaines des transcriptions sont constituées des conjectures les plus logiques des éditeurs quant à l'intention originelle de l'auteur]

Mère disait qu'il n'y avait pas de raison

C'est simplement ainsi

Mère ment

Je peux voir la pluie, je peux sentir la pluie

Je ne peux que sentir le vent

Quelqu'un se cache

Si je marche dans la forêt, les oiseaux cessent de chanter. Ils parlent de moi. J'en suis certain. Ils ont simplement trop peur pour le faire devant moi.

Porte

Motte

Cotte

Flotte

Crotte

Note

Nomsecretnomsecretnomsecret

Il me touche quand je ne regarde pas

Parfois, j'entends les gens parler de leur journée. Ils parlent de leur famille, du temps qu'il fait, d'hier et de demain. Ils disent à quel point c'était un bon jour et Comment était le vôtre et autre Passez une bonne journée. Je dis paroles, paroles, paroles. Comment peut-on prendre plaisir à sa journée si on la partage avec tout le monde ? Le temps est une chose privée. Le dragon le cache à nous tous, nous en laissant goutter un peu de ci de-là. Économisez votre temps. Économisez votre temps. Je tiens le mien soigneusement enfermé. Là où personne ne pourra le trouver. Même pas Lui.

Tiens-moi maintenant

Berce-moi doucement

Mes larmes brûlent, très cher

Ne gâche rien

Ne gâche rien

Retiens ton souffle, un grand à présent

Un dernier souffle

Et ce sera fini

Il parle tout le temps, mais ses mots ne servent à rien. Parlottes, parlottes. Parlons. Ne jamais agir. Toujours parler. Les mots perdent leurs sens. Ils flottent dans les airs. Se dissipent comme autant de pets. Faites qu'il cesse de parler. De me parler.

Faites toujours attention lorsque vous avez affaire aux femmes. Elles voient des choses que nous ne voyons pas. Un sourire. Un coup d’œil. Cela ne signifie rien pour nous et tout pour elles. Elles enroulent leurs sourires pour rencontrer les nôtres. Elles évitent un regard de justesse. Observez-les attentivement. Elles gouvernent le monde. Elles ne s'en rendent pas compte, c’est tout.

Suis-je indécis ? Oui et non.

Ils sont venus m'apporter à manger, aujourd'hui. J'ai tout mangé, même si je savais que c'était empoisonné. Ils y mélangent de la farine noire et de la trancheracine. Ils pensent que cela me maintient paisible, sous sédation. Ils ont tort. Parfois, je mâche le pain et le recrache dans un coin de ma cellule. Personne ne le remarque et les rats le mangent au bout d'un moment. Cela les maintient paisibles, sous sédation. Lorsque je mange les rats, le poison est plus dilué. Et j'y gagne leurs souvenirs.

Je ne trouve pas qu'il soit juste pour moi d'être forcé d'avoir affaire aux idiots. Ou aux obtus. Ou aux pédants. Pourtant, ils m'imposent leurs règles, comme Va là-bas et Fais-ci ou Mange ceci et Tue cela. Ils ne savent pas que je connais leur nom. Un jour ou l'autre, je les atteindrai. Et ce sera moi qui dicterai les règles.

Attente et patience

Les bons dieux vont et viennent, mais

Tous les seigneurs finissent par tomber

Un dieu peut se réveiller mortel

Si j'apprends de mes erreurs, finirai-je par cesser d’en faire ? Y a-t-il un équilibre que je puisse atteindre, une harmonie parfaite avec moi-même ? Dois-je chercher ce moment où il n'y a plus d'erreurs à commettre ? Ou toutes les leçons sont apprises ? Lorsque cela arrive, mourons-nous ? Devenons-nous des dieux ? Les dieux veulent-ils même de nous ?

Peut-être que tous les chiens sortent délibérément. Peut-être être qu'une décision peut demander trop de délibérations. Un rêve peut-il devenir excessivement dément ? Il sait. Il sait. Il sait.

Les histoires sont pour les enfants et les rêveurs. La poésie est pour les faibles et les fous. Les récits épiques glorifient les exécrables et exècrent les glorieux. Lisez les esprits, pas les mots.

Je crois qu'il est temps de partir. Il est encore dans ma tête, mais je pense qu'il pourrait partir si je ne dis rien. Chut. Chut...

Apparition Modifier

Bethsoftblack
Ce livre ou cette image est issu de la série de jeux vidéo The Elder Scrolls ou de sites web crées et détenus par Bethesda Softworks. Son contenu est donc détenu par Bethesda Softworks. L'usage des images et du contenu tombe sous le coup de la règle du fair use de la loi sur le copyright.