FANDOM


Article principal: Livres (Shivering Isles)

Saints et Séducteurs est un livre trouvable dans The Elder Scrolls IV: Shivering Isles.

Localisation Modifier

Contenu Modifier

Note de l'auteur

Cet ouvrage a pour but de répertorier et d'analyser les faits connus, supposés ou issus de rumeurs au sujet des deux races qui veillent au maintien de l'ordre au sein des Shivering Isles. Il ne prétend en aucun cas faire figure de référence absolue en la matière ; c'est plutôt un effort personnel de la part de l'auteur pour mieux comprendre ces créatures uniques.

Au service du seigneur Modifier

Chercher à déterminer les origines des Saints dorés et des Vils Séducteurs irait au-delà de l'objectif de ce traité. Il s'agit de Daedra et, pour cette raison, leur existence est déjà un mystère à la base pour nous autres mortels. La croyance très répandue selon laquelle tous les Daedra sont incapables de créer quoi que ce soit suggère que même le seigneur Shéogorath en personne n'est pas responsable de la genèse de ces races. Pourtant, il convient de noter que le Prince de la Folie a des motivations et des pouvoirs que nul ne saurait deviner. Tenter de le faire ne ferait que plonger le sujet dans une confusion plus grande encore.

Il est suffisant de voir qu'ils existent et de savoir que c'est le cas. Au-delà de ce savoir, cependant, il est curieux que les Saints et les Séducteurs servent sans faillir le seigneur Shéogorath. D’après tout ce que nous en savons, cette allégeance est définitive et éternelle, mais son origine est inconnue. Se pourraient-il qu'eux aussi aient été forcés par la ruse à entrer au service du Dieu fou ? Ou bien s'allient-ils simplement au pouvoir le plus puissant du royaume ? De précédents travaux littéraires suggéraient que les Daedra choisissent de servir leurs maîtres dans le but d'être protégés et entretenus. C'est clairement le cas pour les Saints et les Séducteurs dans les îles. De fait, ils disposent de forteresses où seuls de très rares sont les individus extérieurs à leurs races autorisés à entrer. Ils ont du pouvoir au sein du royaume, faisant office de protecteurs à ceux qui servent le seigneur Shéogorath. Ils rivalisent constamment pour obtenir les faveurs de notre seigneur, combattant tous ceux qui s'opposent à lui et, parfois, s'affrontant mutuellement. Aussi semble-t-il raisonnable de considérer qu'ils ont volontairement choisi de jouer ce rôle dans les Shivering Isles.


Caractère et société
Modifier

L'image qui vient immédiatement à l'esprit lorsque l'on entend le nom "Saint doré" est celle d'une figure angélique, élégante et bienveillante. Il est ironique, d'ailleurs, que si les Saints dorés adoptent bien la forme de cette image, leur comportement est à l'opposé. Les Saints constituent une race orgueilleuse et arrogante. Ils sont prompts à la colère et cruels dans les châtiments qu'ils infligent. Il ne fait aucun doute qu'ils considèrent le reste des habitants de l’archipel comme leurs inférieurs et ils ne s'en cachent pas dans leurs interactions.

De même, les Vils Séducteurs n'ont guère que l'aspect et le nom de séduisants. Bien qu'eux aussi semblent se présenter comme supérieurs au reste des habitants du royaume, ils paraissent dotés d'une nature plus patiente et introspective. Ils apparaissent souvent humbles dans leurs affaires avec les mortels et sont connus pour leur patience envers les "races inférieures".

En réalité, les termes "Saint doré" et "Vil Séducteur" sont des appellations externes. Bien que les deux groupes reconnaissent ces noms et y répondent, ils disposent de leurs propres noms pour leurs races, respectivement les Auréals et les Mazkens. Il est possible que les Daedra ne se soucient tout simplement pas des noms et des titres que leur donnent les créatures inférieures, ou peut-être ces noms les amusent-ils. Il s'agit là d'un thème méritant des recherches plus poussées, mais celles-ci sont rendues difficiles par le fait que les Saints et les Séducteurs ne révèlent jamais volontairement d'informations les concernant.

On peut toutefois en apprendre davantage par l’observation. Il est aisé de constater que les deux groupes adoptent une structure sociale fortement militarisée. La force et la discipline d'un individu déterminent sa place au sein de la société. Les commandants militaires, par exemple, sont révérés par leurs subordonnés. En continuant de les observer, on constate une seconde particularité : les deux sociétés sont matriarcales par nature. Des femmes dirigent les gardes au sein de New Sheoth et jouissent des positions de pouvoir les plus en vue. Les hommes, sans être ouvertement dénigrés, sont clairement soumis à leurs supérieures. Il est difficile de dire où cette pratique a commencé, mais elle est désormais totalement intégrée dans la vie quotidienne des deux races.

Conflit et conquête Modifier

N'importe quel habitant des îles peut confirmer qu'il est malavisé de provoquer les Saints dorés ou les Vils Séducteurs. Ceux-ci vivent pour le conflit et la guerre et ils sont prompts à punir tous ceux qui leur désobéissent. Remplir leur rôle de gardiens du royaume ne les satisfait pas, cependant, et c'est pourquoi ils se livrent régulièrement bataille, bien qu'ils soient stationnés dans des zones où ils ont peu de chances de se croiser. Il est possible qu'il s'agisse là plus que d'un moyen d'exprimer leur comportement naturellement agressif ; la lutte répétée entre les deux races pourrait constituer un effort pour gagner les faveurs du seigneur Shéogorath. Si l'une venait à triompher de l'autre, elle prouverait en effet sa supériorité et son droit à prétendre obtenir le contrôle total de la sécurité du royaume. La bataille pour Cylarne est particulièrement intéressante, car les deux camps s'affrontent dans une lutte constante et sans espoir de résolution depuis une époque désormais oubliée. Ce combat sert-il à aiguiser les talents des deux camps ou bien les affaiblit-il alors qu'ils pourraient les exercer ailleurs ? Si ce conflit ne peut être résolu, pourquoi le seigneur Shéogorath ne s'avance-t-il pour le régler en personne ?

Religion et cérémonie Modifier

On sait peu de chose sur les coutumes privées des Saints dorés et des Vils Séducteurs. Ils sont fort peu loquaces lorsqu'il s'agit d'aborder les sujets propres à leurs races, en particulier l'étrange processus par lequel ils reviennent au royaume dans les cas, improbables, où ils meurent.

Tout le monde sait que les Saints dorés et les Vils Séducteurs, en tant que Daedra, ne peuvent être tués. L'Animus du Daedra est renvoyé dans les ténèbres d'Oblivion et peut revenir jusqu'au royaume pour reprendre forme. Mais les rapports concernant le temps que cela prend à un Daedra de revenir jusqu'au royaume depuis les eaux d'Oblivion tiennent plutôt de l'anecdote et ne sont guère concluants. Le processus par lequel ce retour s'opère reste nimbé de mystère. En étudiant les comportements répétés et les statistiques, on peut supposer que la forteresse de chaque race y joue un rôle majeur. Des phrases souvent employées (telles que "Puissent les carillons vous ramener chez vous") suggèrent qu'il ne s'agit pas d'une métaphore mais que le son pourrait bien jouer un rôle dans la séquence d'événements concernée. On pense que les carillons auxquels les Saints et les Séducteurs font référence existent réellement et sont considérés comme des reliques sacrées. Les tentatives d'obtention d’informations à propos de ces carillons ou la manière dont on les emploie ont déclenché une hostilité exceptionnelle et ont de fait été abandonnées.

Toute nouvelle information au sujet des Saints dorés et des Vils Séducteurs, en particulier concernant leurs coutumes privées et leurs origines, devrait être immédiatement soumise à l'attention de l'auteur. Plus notre savoir sera étendu, plus grande sera notre capacité à comprendre ces fascinantes créatures.

Crédit Modifier

Bethsoftblack
Ce livre ou cette image est issu de la série de jeux vidéo The Elder Scrolls ou de sites web crées et détenus par Bethesda Softworks. Son contenu est donc détenu par Bethesda Softworks. L'usage des images et du contenu tombe sous le coup de la règle du fair use de la loi sur le copyright.